ATTENTATS

À défaut de ne savoir aimer, puissions-nous ne pas haïr.

Nous avons tous été secoués émotionnellement par les attentats survenus à Paris ces jours derniers. Certains ont éprouvé de la joie (oui, nous vivons sur la même planète qu’eux...) et la majorité a éprouvé de la stupeur, de la peine, de la peur, de l’incompréhension, de la colère, de la haine. Mélange d’émotions et de sentiments savamment orchestré par tout ce qui est enfoui en nous, par tout ce que notre histoire personnelle enferme comme souvenirs oubliés ou non, par tout ce que notre cheminement personnel nous permet d’appréhender de telle ou telle façon, par tout ce que nos aspirations personnelles nous amènent à regarder de telle ou telle façon.

Face à de telles horreurs, quel chemin devons-nous prendre ? Je ne parle pas du chemin d’actions que notre gouvernement sera amené à mettre en place ; comme il est dit dans «  En Chemin vers Soi avec...  », il y a la justice des hommes, il y a les règles du jeu, et celles-ci s’appliqueront en tout état de droit. Quand je parle du chemin que nous devons prendre, je pense à celui que chacun, individuellement, va mettre en place dans sa propre vie par sa façon de penser. Oui, simplement cela, par sa façon de penser. Cela vous paraît dérisoire de parler de façon de penser quand l’heure nous dit qu’il faut passer à l’action ? Mais comment une action peut-elle être menée justement si elle n’a pas d’abord été pensée ? Je ne vais pas m’immiscer dans les pensées de nos dirigeants qui ont fort à faire, et qui feront. Je veux juste m’adresser à vous, à moi, à nous qui sommes observateurs et qui n’avons d’autres moyens d’action que nos pensées. Oui, les pensées sont aussi un moyen d’action. Comment croyez-vous que des gamins deviennent des tueurs fous autrement que par un cheminement de leurs pensées... contrôlées par d’autres ? Un cheminement tronqué, selon notre regard, mais logique selon le leur. Mais qui est maître de ses pensées... à part les grands Sages ? Et nous, devons-nous laisser nos émotions contrôler nos pensées, nos paroles et nos actes ?

Comme beaucoup le savent, nous sommes actuellement en plein bouleversement planétaire. Nous changeons d’ère vibratoire environ tous les 2000 ans et nous sommes en pleine transition actuellement. Quand je dis « actuellement », cela se compte en nombreuses décennies. Nous passons de l’ère du Poisson (ère de la dualité) à l’ère du Verseau (ère de l’unité). C’est un accouchement douloureux. Les « vieux démons » ne veulent pas céder la place et nous vivons ce que j’appelle un grand nettoyage des placards. Tout vider pour tout remplacer. Et quand on vide ce qui n’a pas bougé depuis des siècles... ce n’est pas souvent très propre. En l’occurrence on trouve dans les placards de cette ère des Poissons des reliquats de tout ce qui met nos émotions à mal : la peur, la haine, la colère, la violence, les doutes, les oppositions, et je ne saurais tout citer. Chacun reconnaîtra les siens. Mais ne sentez-vous pas aussi quelques effluves de l’ère du Verseau qui amène certaines personnes à penser et agir « partage, compréhension, paix, amour » et, là non plus, je ne saurais tout citer.

Des égrégores se forment, qui s’opposent parfois, souvent même, dès que l’on ose parler avec ces mots que je viens d’énoncer et qui font sourire les « vieilles valeurs » et les timides. Les timides, oui. Ils sont nombreux ceux qui n’osent prononcer ces mots par peur de paraître ridicules. Il faut paraître fort, et la force de l’ère du poisson se montre les armes à la main. Je n’aime pas les armes. C’est ridicule, c’est une marque de faiblesse, ça devient même désuet face à l’ère du Verseau qui naît. Elles sont encore utiles, je l’avoue, mais elles sont en voie d’extinction... par la force des choses. Rien ne peut arrêter la transformation qui est en cours, Mais quel rôle allons-nous jouer dans cette transformation ? Quel rôle allons-nous décider de jouer ? Quel égrégore allons-nous nourrir ? Voulons-nous renforcer l’égrégore de haine et de violence en pensant et agissant avec haine et violence, ou voulons-nous renforcer l’égrégore de Paix et d’Amour en pensant et agissant comme il se doit ? En termes plus simples, puisque le grand nettoyage des vieux schémas est en cours avec tout ce que cela comporte de souffrances et d’interrogations, ne serait-il pas utile que quelques individus osent présenter les schémas nouveaux ? Que quelques individus soient les ambassadeurs du monde auquel chacun d’entre nous aspire en son fort intérieur : un monde de Paix ?

Comment faire ? Sans vouloir faire de prosélytisme, mais quand même un peu..., je dirais qu’il faudrait mettre en application quelques clefs proposées dans le livre « En Chemin vers Soi avec... », telle que l’observation, le non-jugement, l’acceptation, le détachement, la reprise en mains de nos pensées, etc... Le monde ne changera que lorsque chaque individu opérera des changements en lui. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais je sais que cela se fera, inéluctablement. À chacun de choisir le rôle qu’il veut tenir, dès à présent, sans chercher à être un « transformateur du monde », mais simplement en acceptant d’être un « transformateur de sa propre vie ».

Cette transformation commence simplement par cette phrase du début, que je reprends en conclusion : « À défaut de ne savoir aimer, puissions-nous ne pas haïr ».

M.L.

Envie de laisser un commentaire ? Cliquez ici pour rejoindre le blog.

 
 
 
Sophro-Thérapie-Existentielle Méthode Marc LUCAS et son logo sont des marques et modèles déposés.