COMBIEN DE SÉANCES ?
Une question qui revient souvent : « Combien de séances faut-il compter pour une thérapie ? ».

Une question à laquelle il est impossible de répondre. 5 ? 20 ? 50 ? Vous seul détenez la réponse (inconsciemment) qui a comme base : « Où en suis-je et où veux-je arriver ? ».

Vous pouvez dire : « Je suis mal dans ma peau », ou encore : « j’ai telle ou telle douleur ». Cela peut ressembler à un point de départ. A la question : « Où voulez-vous arriver ? », vous répondrez : « Etre bien, ne plus avoir mal ». Bon, apparemment les repères sont posés. Mais deux choses sont à noter :
1) il s’agit de repères conscients, intellectuels.
2) Quelle distance sépare le repère « j’ai mal » du repère « je n’ai plus mal » ? Une question encore sans réponse.

Revenons au petit « 1 ». Vous avez des repères conscients, d’accord, mais connaissez-vous vos repères inconscients ? Que nenni ! Cette douleur (physique ou morale) qui vous pousse à consulter n’est souvent qu’un « prétexte » de votre Moi Intérieur pour vous amener à faire le premier pas. Et derrière un : « je ne veux plus avoir mal » se cache presque toujours un : « je veux me connaître » et là…le chemin n’est jamais terminé… Oh ! Rassurez-vous, vous n’aurez pas à consulter pendant toute votre vie, mais pendant toute votre vie vous aurez envie d’en savoir plus sur vous, sur votre fonctionnement et sur le fonctionnement de la Vie. Quand vous aurez compris que vous êtes un être à la Conscience illimitée, que le savoir que vous déteniez jusqu’à ce jour n’était qu’une minuscule bulle de champagne et que vous pouvez avoir accès à la bouteille… seul vous, consciemment, pourrez dire : « stop ou encore ». Personne d’extérieur à vous-même ne pourra vous dire : « en tant de séances vous saurez tout ». Certes, une relation entre un thérapeute et son vis-à-vis se termine, mais pas une relation de soi à soi. Alors juste un conseil d’ami : Osez ! Osez plonger dans la flûte, dans la bouteille… tout ce qui sera pris sera pris. Si vous souhaitez vous arrêter parce que votre corps va mieux, votre émotionnel va mieux, votre mental va mieux, vous vous arrêterez… et si vous souhaitez continuer à découvrir la Vie, vous continuerez, à travers tout ce que cette Vie mettra sur votre chemin. Sachez aussi que votre but d’aujourd’hui n’est pas votre but de demain. J’ai vu des personnes souhaiter aller « très loin » et s’arrêter très vite parce que, en cours de route, elles avaient découvert quelque chose qui leur suffisait, et j’ai vu d’autres personnes aller bien au-delà de ce que j’aurais pu imaginer quand je les ai vues pour la première fois.

Ce n’est pas le temps parcouru à faire le chemin qui importe, c’est le fait d’avoir osé le premier pas ; le premier pas que l’enfant qui est en vous a posé, un jour, sans se poser de questions… simplement avec l’envie d’être debout, libre, et de partir découvrir d’autres territoires.

Ici et Maintenant, posez l’acte qui vous semble juste.

 
 
 
Sophro-Thérapie-Existentielle Méthode Marc LUCAS et son logo sont des marques et modèles déposés.