Accueil du site > Les Extras > Articles > LA MORT ET L’ETERNEL (1)
LA MORT ET L’ETERNEL (1)

Par Eckhart TOLLE

Vous savez, bien sûr, que vous allez mourir, mais cela demeure un simple concept mental jusqu’à votre première rencontre « personnelle » avec la mort : une grave maladie ou un accident qui vous arrive ou afflige un proche, ou le décès d’un être aimé. La mort entre alors dans votre vie en temps que conscience de votre propre mortalité.

La plupart des gens s’en détournent par peur, mais si vous ne bronchez pas et affrontez la fugacité de votre corps qui pourrait se dissoudre à tout moment, vous parvenez à un certain degré de désidentification, même léger, de votre forme physique et psychologique, le « moi ». Lorsque vous voyez et accepté la nature transitoire de toutes les formes de vie, un étrange sentiment de paix s’installe en vous.

En affrontant la mort, votre conscience se libère dans une certaine mesure de l’identification à la forme. C’est pourquoi, dans les traditions bouddhistes, les moines visitent régulièrement la morgue pour méditer assis parmi les dépouilles.

La culture occidentale entretient un déni généralisé de la mort. Même les gens âgés tentent de ne pas en parler ni d’y penser, et l’on cache les cadavres. Une culture qui nie la mort finit par devenir superficielle, préoccupée uniquement par la forme extérieure des choses. Lorsqu’on nie la mort, la vie perd sa profondeur. La possibilité de savoir qui nous sommes par-delà le nom et la forme, soit d’accéder à la dimension du transcendant, disparaît de notre vie, puisque la mort est la porte d’entrée de cette dimension.

Extrait de : "Quiétude" de Eckhart TOLLE aux Editions ARIANE.

 
 
 
Sophro-Thérapie-Existentielle Méthode Marc LUCAS et son logo sont des marques et modèles déposés.